Fermer

Vous pourriez être
intéressé par :

Se camoufler, ça cache quoi ?
Pauvre riche

On peut mettre de l’ordre dans ses affaires, mais aussi dans ses idées. On peut vouloir maintenir l’ordre dans une société ou, au contraire, le troubler. L’ordre est régulièrement valorisé, tant qu’il n’est pas jugé excessif ou oppressant. Le désordre, lui, est perçu avec tendresse lorsqu’il reste « joyeux » ou « artistique ».

Il peut devenir indispensable quand il s’agit de défendre des droits fondamentaux, mais aussi être craint quand il menace l’ordre public. Pourquoi l’ordre est-il souvent jugé nécessaire ? Est-il beau ? Sacré ? Dangereux ? Et le désordre ? Peut-il servir à quelque chose ? Y a-t-il des points communs entre l’ordre alphabétique, les forces de l’ordre, l’ordre des choses ou la mise en ordre d’une pièce ? Lesquels ? Dans ce numéro, Philéas et Autobule vous proposent de mettre un peu d’ordre – et de désordre ! – dans vos idées.

Récit « Amour en cage » : Petit Amour et Mélancolie sèment le désordre sur Terre et chez les dieux.

Philo « L’embarras du choix » : un jeu pour mettre de l’ordre dans un sacré bazar en s’appuyant sur ses propres critères.

Atelier « Désordre alphabétique » : comment mêler ordre et désordre dans une création haute en couleur.

BD « Salma et Laia – 2024 » : jouer au gendarme et au voleur pour réinterroger la règle et son utilité.

Médias : quand la mise en scène du quotidien devient un vrai métier : découvre les influenceurs et leurs routines.

En collaboration avec

BD « Microscopiques » : zoom sur les effets d’un ordre absolu et absurde chez nos bactéries.